savoir dire non

Introduction

Je vais être franc avec vous : je suis une personne sans limites. Enfant, j’ai passé de nombreux étés déchirés entre deux camps – celui où mes parents voulaient que j’aille et celui où je voulais vraiment, vraiment aller. Chaque fois que j’avais l’occasion de choisir, je choisissais celui qui était le plus amusant ou le plus excitant, sans tenir compte de ce qui pouvait être le mieux pour moi à long terme. Cela s’est poursuivi dans ma vie d’adulte ; lorsque j’étais confronté à des engagements ou à des obligations potentiels, j’optais toujours pour ce qui me semblait le plus attrayant à ce moment-là plutôt que pour ce qui serait le mieux à long terme. C’est pourquoi il m’a fallu si longtemps pour renforcer mon estime de soi et apprendre à dire « non » sans me sentir coupable : jusqu’à récemment, la culpabilité n’était même pas dans mon champ de vision !

Voici donc les conseils de quelqu’un qui est déjà passé par là : Apprendre à ne pas se sentir coupable de dire non peut changer votre vie autant qu’apprendre à ne pas se sentir coupable de dire oui (si ce n’est plus). Alors, c’est parti !

Choisissez ce que vous voulez vraiment faire.

L’une des premières étapes pour dire non est de savoir à quoi vous voulez dire oui.

Si vous ne savez pas ce que vous voulez faire, demandez-vous ce que vous aimeriez apprendre davantage. Par exemple, si je faisais des études de philosophie et de littérature à l’université, j’apprendrais à réfléchir de manière approfondie et critique ; c’est très important, car la plupart des gens ne réfléchissent pas suffisamment lorsqu’ils prennent des décisions dans leur vie. Alors peut-être que ma réponse idéale est d’en apprendre davantage sur la pensée critique !

Ou peut-être que ta réponse n’est pas encore très claire ? Dans ce cas, demandez à quelqu’un d’autre : « Qu’est-ce que VOUS voulez ? »

Comprendre la différence entre la culpabilité et la honte.

La première étape pour apprendre à dire « non » sans se sentir coupable est de comprendre la différence entre culpabilité et honte. La culpabilité est un sentiment de remords, tandis que la honte est un sentiment d’être mauvais ou incorrect. Lorsque vous vous sentez coupable, c’est parce que vous avez fait quelque chose de mal ; lorsque vous avez honte, c’est parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans votre personnalité.

Il est important de se rappeler que ces deux émotions peuvent être utiles lorsqu’elles sont utilisées avec modération : la culpabilité nous aide à apprendre de nos erreurs pour ne pas les répéter à l’avenir, tandis que la honte peut nous empêcher d’abandonner lorsque les choses se compliquent (pensez à la dernière fois où vos parents vous ont demandé de vous excuser pour avoir cassé leur lampe préférée). Mais lorsqu’elles sont trop utilisées ou mal utilisées au fil du temps, ces deux émotions peuvent devenir des forces destructrices dans nos vies au lieu d’être bénéfiques. C’est pourquoi il est important d’apprendre non seulement à les éviter, mais aussi à reconnaître les signes qui indiquent que l’une ou l’autre pourrait affecter votre capacité à prendre des décisions intelligentes pour vous-même !

Prenez du temps pour vous.

La chose la plus importante que vous puissiez faire est de prendre du temps pour vous. Vous n’êtes pas obligé de passer tout ce temps seul, mais vous devez absolument trouver du temps pour faire les choses qui vous rendent heureux et vous détendent.

Qu’il s’agisse de méditer, de prendre un bain ou de faire une promenade dans la nature (ou même de s’asseoir sur votre canapé et de regarder Netflix), il est important de prendre du temps pour soi afin de pouvoir être présent lorsque nous sommes avec d’autres personnes.

Ne vous sentez pas coupable de passer une heure un samedi matin à faire du yoga ou à sortir avec des amis au lieu de faire le ménage : c’est important !

Connaissez vos propres limites.

Il est important de connaître ses limites. Si quelqu’un vous demande de faire quelque chose et que cela vous semble trop, ne vous sentez pas mal de dire non.

Vous ne voulez pas être la personne qui a tellement de choses à faire qu’elle oublie ce qu’elle fait et finit par s’épuiser ou se sentir stressée.

Si vous avez déjà beaucoup de choses à faire et que quelqu’un vous demande de faire autre chose, il n’y a pas de mal à dire : « Je suis désolé, je ne peux pas. »

Ne vous sentez pas coupable s'il s'avère qu'une chose est plus importante qu'une autre ; c'est la vie ! Vous pouvez toujours rattraper le temps perdu plus tard en vous fixant un rendez-vous à l'avance...

Soyez gentil avec vous-même.

Soyez gentil avec vous-même.

C’est un cliché, mais c’est vrai : la meilleure façon de dire « non », c’est avec un sourire sur le visage et de l’amour dans le cœur. Si vous pouvez vous traiter avec compassion et fixer des limites qui vous conviennent, chaque fois que vous refuserez une invitation ou une demande d’autrui, vous vous sentirez plus fort que coupable.

Vous méritez un peu de repos ! Prenez soin de vous. Soyez doux avec vous-même. Laissez-vous respirer et ne vous en voulez pas lorsque les choses ne se passent pas exactement comme prévu !

À retenir : L’établissement de limites saines demande du temps, de la réflexion et une bonne connaissance de soi, mais c’est possible !

Il est essentiel de fixer des limites. Il y a tant de choses à faire et si peu d’heures dans une journée que vous ne pouvez pas toujours répondre aux attentes de tout le monde.

Mais il est important de comprendre que fixer des limites saines ne consiste pas à dire non parce que vous ne voulez ou ne pouvez pas le faire : il s’agit de respecter vos besoins autant que ceux des autres.

Cela signifie être gentil avec soi-même, comprendre ses limites, apprendre à dire non sans se sentir coupable et savoir quand dire oui.

Les raisons pour lesquelles les gens se sentent souvent coupables après avoir dit « non » sont nombreuses, mais il existe des moyens de les contourner : prendre du temps pour soi ; connaître ses propres limites ; comprendre la différence entre la culpabilité et la honte ; demander de l’aide si nécessaire ; apprendre quand et comment dire oui (et quand ne pas le faire).

Conclusion

Nous avons tous le pouvoir de dire non quand nous en avons besoin. Le véritable défi est d’apprendre à le faire sans se sentir coupable ou honteux du choix que nous avons fait. La fixation de limites est un élément important du développement d’une relation saine avec soi-même, alors prenez le temps de déterminer vos besoins et assurez-vous qu’ils sont satisfaits !

J’espère que cet article vous aura aidé dans votre développement personnel. Si c’est le cas, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire et à visiter les autres articles de ce blog.

Avec gratitude ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *